rétif


rétif

rétif, ive [ retif, iv ] adj.
XIIe; faire restif « forcer à s'arrêter » 1080; lat. pop. °restivus, de restare « rester »
Qui s'arrête, refuse d'avancer (en parlant d'une monture). Âne, cheval rétif.
Fig. (Personnes) Difficile à entraîner, à persuader. difficile, récalcitrant. Enfant rétif et désobéissant. Rétif à toute organisation. rebelle. Il « s'irritait et se désolait à le sentir rétif, prêt à se défendre sans cesse, ou du moins à se protéger » (A. Gide).
⊗ CONTR. Discipliné, docile, doux, facile, maniable.

rétif, rétive adjectif (latin populaire restivus, du latin classique restare, s'arrêter) Se dit d'un animal qui s'arrête ou recule au lieu d'avancer. Qui s'oppose à toute discipline : Un enfant rétif qui n'obéit jamais. Littéraire. Se dit d'un esprit qui ne répond pas aux sollicitations : Une mémoire rétive.rétif, rétive (synonymes) adjectif (latin populaire restivus, du latin classique restare, s'arrêter) Se dit d'un animal qui s'arrête ou recule au lieu...
Synonymes :
Qui s'oppose à toute discipline
Synonymes :
- désobéissant
- indiscipliné
- récalcitrant
Contraires :
- appliqué
- discipliné
- obéissant
Littéraire. Se dit d'un esprit qui ne répond pas aux sollicitations
Synonymes :
- infidèle
Contraires :
- fidèle

rétif, ive
adj.
d1./d Se dit d'une monture qui refuse d'obéir. Cheval, mulet rétif.
d2./d Fig. Difficile à conduire, à persuader. Caractère, enfant rétif.

⇒RÉTIF, -IVE, adj.
A. — [En parlant d'une monture] Qui s'arrête ou recule au lieu d'avancer et refuse opiniâtrement d'obéir. Âne, cheval, mulet rétif. Son barbe cordouan, rétif, faisait des voltes (HEREDIA, Trophées, 1893, p. 198). P. compar. Au moment de parler il se dérobait comme un cheval rétif devant l'obstacle (AYMÉ, Vouivre, 1943, p. 235).
B. — P. anal.
1. a) [En parlant d'une pers.] Qui résiste à toute contrainte, qui refuse de se laisser diriger, persuader. Anton. docile, obéissant. Caractère rétif; nature rétive; écolier rétif. Dans sa bouche, la guerre devenait une sorte de grande blague (...). En l'écoutant, le plus rétif des auxiliaires eût demandé à partir au front (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 304):
Il ne supportait pas qu'Édouard prît ascendant sur lui, et, devant que de céder à l'influence, il regimbait. Édouard, qui ne songeait aucunement à le plier, tour à tour s'irritait et se désolait à le sentir rétif, prêt à se défendre sans cesse...
GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1078.
[Suivi d'un compl. prép.] Qui résiste, est réfractaire à; qui est insensible à. Rétif à + subst. ou plus rarement + inf. Être rétif à tout conseil, à toute critique. Les petits H et M., fils de grande famille, semblent et sont de simples rustres rétifs à la culture, bons pour la chasse (TAINE, Notes Anglet., 1872, p. 60). Vous vous attendiez à trouver une Zahidé (...) curieuse de voir de près un auteur célèbre, et pas trop rétive à lever son voile (LOTI, Désench., 1906, p. 120). Rétif devant + subst. (rare). Si quelqu'un se montre insensible aux arts, ou rétif devant la géométrie, on ne peut s'en consoler que si on le méprise (ALAIN, Propos, 1927, p. 704).
Empl. subst. On eut beau hurler et tempêter derechef encore, il demeura sourd à toutes les clameurs. Sapristi, le rétif! (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 206).
b) [P. méton.] Mon adversaire avait des amis qui ne reculaient pas devant les dépenses du transport et du séjour; moi, je m'adressais aux bourses rétives et aux panses sensibles (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 330).
[En parlant de certains attributs, du comportement] Qui traduit cette manière d'être, qui en est l'effet. Air, visage rétif; attitude rétive; lèvres rétives. Elle voulut l'aider, mais elle rencontra sa petite main rétive. — Laisse-moi faire tout seul, dit-il (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 270). Empl. subst. Il eut le droit de serrer un peu plus fort que l'amitié ne le permettrait la jolie main au collier d'ambre; mais la petite main ne répondit pas vivement à ces protestations; elle fit la rétive (CHAMPFL., Bourgeois Molinch., 1855, p. 119).
2. Littér. [En parlant d'une chose] Qui résiste, qui ne se prête pas aisément à ce que l'on voudrait.
a) [En parlant d'une chose concr., d'un objet] Qui ne se laisse pas manier facilement. Vous reconnaîtrez sur les bras, à la taille, autour du cou, une science de plis qui drape la plus rétive étoffe, de manière à vous rappeler la Mnémosyne antique (BALZAC, Autre ét. femme, 1842, p. 386). Les vieilles, douces et paisibles serrures furent remplacées (...) par des serrures capricieuses et rétives (A. FRANCE, Révolte anges, 1914, p. 57).
En partic. Cheveux rétifs. Que l'on ne peut faire tenir en place. Plusieurs copains (...) s'étant craché dans les mains, collent de leur mieux leurs cheveux rétifs (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 66). [En parlant d'un sol, d'une plante] Qu'il est difficile de faire produire, fructifier. Espèce rétive. La terre des Galart était rétive et dure (LA VARENDE, Manants du Roi, 1938, p. 1). V. arcure ex. 1.
Au fig. Le bonheur de l'Action Française, sur tous ses plans, c'est d'avoir des hommes qui font tout marcher, auxquels les événements, d'abord rétifs, finissent par obéir (L. DAUDET, Vers le roi, 1920, p. 234).
b) [En parlant d'un organe] Qui remplit mal sa fonction. Je compte écrire (...) une série justicière à tout casser de gouaillerie à la glace (...). Ça secouera peut-être la rate rétive des lecteurs de cette gazette (VILLIERS DE L'I.-A., Corresp., 1887, p. 161). La femme du libraire (...) tendait une oreille rétive aux propos du philosophe, car elle était à peu près sourde (THARAUD, Péguy, 1926, p. 142). [P. méton.] Souffle rétif. De ce baragouin par moment incompréhensible, de cette parole rétive, qui sort comme d'éructations, s'échappent des observations, des pensées pleines de profondeur (GONCOURT, Journal, 1870, p. 671).
[En parlant du siège des facultés mentales] Qui ne répond pas à ce que l'on en attend. Cervelle rétive. Je vous confesse tout d'abord qu'au moment d'appliquer mon effort à concevoir le monde des mythes, j'ai senti mon esprit rétif; je l'ai poussé, j'ai forcé son ennui et ses résistances (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 228). [P. méton.] Imagination, pensée rétive. En levant le nez pour chercher un mot rétif, j'aperçois Roubaud fort occupé à crayonner mon portrait (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 202).
REM. Rétiver, verbe intrans. Se montrer rétif. Synon. regimber, renâcler. Vous avez l'habitude d'être assez gobé par les femmes (...) et quand quelqu'une rétive (...) ça vous étonne (GYP, Mme la Duchesse, 1893, p. 75).
Prononc. et Orth.: [], fém. [-i:v]. Ac. 1694, 1718: restif; dep. 1740: rétif. Étymol. et Hist. Ca 1100 faire (qqn) restif « immobiliser, forcer à s'arrêter » (Roland, éd. J. Bédier, 1256); 1. ca 1160 « (cheval) qui refuse d'avancer » (Eneas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 6738); 2. déb. XIIIe s. « (personne) qui s'oppose, ne se laisse pas faire » (CHRÉTIEN DE TROYES, Cligès, ms. Bibl. Nat. fr. 794, éd. M. Roques, 5114 [éd. W. Foerster, 5174 var. mss S A]). Issu d'un b. lat. restivus prob. abrév., par haplologie, d'un type restitivus, dér. de restare (v. rester) que permettent aussi de postuler l'ital. restio et le rhéto-rom. (Frioul) restif (FEW t. 10, p. 320a). Fréq. abs. littér.: 181.
DÉR. Rétivité, subst. fém. a) Refus d'obéir (d'une monture). Un dressage bien conduit vient généralement à bout de la plupart des manifestations de la rétivité (résistances, défenses) (TONDRA Cheval 1979). b) ) Caractère d'une personne rétive. [Mme de Verdelin] put se flatter pendant quelque temps d'avoir vaincu cette rétivité de nature [de Rousseau] qui allait se redresser, plus âpre que jamais, dans le malheur et la solitude (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 9, 1865, p. 411). ) Caractère de ce qui ne répond pas à la volonté. Je suis humilié, nom de Dieu, et humilié par devers moi de la rétivité de ma plume. Il faut la gouverner comme les mauvais chevaux qui refusent (FLAUB., Corresp., 1853, p. 339). []. 1res attest. 1315-17 restiveté « résistance obstinée (d'un animal) » (Assises de Jérusalem, éd. Beugnot, t. 1, livre de Jean d'Ibelin, CXII, p. 184), 1461 id. « résistance, opposition (de personnes) » (G. CHASTELLAIN, Chron., III, XXVII, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 3, p. 130), 1853 rétivité (FLAUB., loc. cit.); de rétif, suff. -eté, -ité, v. -té.

rétif, ive [ʀetif, iv] adj.
ÉTYM. XIIe; faire restif « forcer à s'arrêter », 1080; lat. pop. restivus, restitivus, de restare « rester; résister ».
1 Qui s'arrête, refuse d'avancer (en parlant d'une monture). || Âne, cheval rétif. Ramingue, vicieux (→ Hargneux, cit. 6). || Mule rétive.
2 (V. 1175). Personnes. Qui est difficile à entraîner, à conduire, à persuader. Difficile, récalcitrant; résister (→ Docile, cit. 5). || Être, se montrer rétif. || Enfant rétif et désobéissant. || La foule est rétive à… (→ Multitude, cit. 15).
1 Tant que j'agis librement, je suis bon et je ne fais que du bien; mais sitôt que je sens le joug, soit de la nécessité, soit des hommes, je deviens rebelle, ou plutôt rétif : alors, je suis nul.
Rousseau, Rêveries…, VIe promenade.
2 Édouard, qui ne songeait aucunement à le plier, tour à tour s'irritait et se désolait à le sentir rétif, prêt à se défendre sans cesse, ou du moins à se protéger.
Gide, les Faux-monnayeurs, II, III, p. 234.
Cerveau (→ Implanter, cit. 4), naturel (→ Cabrer, cit. 8), caractère rétif; humeur rétive. Quinteux, rêche; difficile. || L'imagination harcelée (cit. 9) devient rétive.
Mémoire rétive.N. || Un rétif, une rétive.(Par jeu avec le nom propre Rétif, Restif) :
3 J'embrasse les petites Rétives : il faut l'être, pour l'honneur.
Restif de La Bretonne, la Vie de mon père, p. 524.
CONTR. Discipliné, docile, doux, facile, maniable.
DÉR. Rétiveté ou rétivité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rétif — rétif …   Dictionnaire des rimes

  • rétif — rétif, ive (ré tif, ti v ) adj. 1°   Se dit d un cheval ou autre bête de monture qui refuse d obéir à celui qui le monte ou qui le conduit. •   Pour lui Phébus est sourd, et Pégase est rétif, BOILEAU Art p. I. 2°   Fig. Difficile à conduire, à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Rétif — On rencontre ce nom surtout dans le Loir et Cher, mais aussi en Bourgogne (89) et dans l Ouest (44). Il a le même sens que l adjectif correspondant : qui refuse d obéir …   Noms de famille

  • retif — Retif, voyez Restif. Une jeune beste restive et qui rue, Retractus iuuencus et calcitrosus …   Thresor de la langue françoyse

  • RÉTIF — IVE. adj. Qui s arrête ou qui recule au lieu d avancer. Il ne se dit au propre que Des chevaux et autres bêtes de monture. Un cheval rétif. Les mules sont ordinairement rétives et quinteuses.   Il signifie, au sens moral, Difficile à conduire, à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • rétif — adj. => Craintif, Ombrageux …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Retif de la Bretonne — Retif de la Bretonne, s. Restif …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Rétif de la Bretonne — Rétif de la Bretonne, s. Restif de la Bretonne …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Rétif de la Bretonne — (spr. ónn), Nicolas Edm., frivoler franz. Romanschriftsteller, geb. 22. Nov. 1734 zu Sacy, gest. 3. Febr. 1806 zu Paris; Hauptwerk: »Paysan perverti« (4 Bde., 1776). – Vgl. Dühren (1906) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Rétif de la Bretonne — Rétif de la Bretonne, Nicolas Edme, mit dem Beinamen Rousseau du ruisseau, geb. 1734 zu Sacy, war anfangs Buchdrucker u. schrieb dann über 200 schmutzige und bizarre Romane, setzte auch mitunter lange Stellen, ohne Manuscript dazu zu brauchen,… …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.